logo
Accueil liste Commenter

Galeo Katsu 2ème Entrée

La veuve d'un de mes anciens subordonnés a eu la gentillesse de bien vouloir me confier la correspondance de son époux relative à la grande guerre contre l'Empire Sith.

J'ai trouvé pertinentes les observations de feu, le colonel Celess Vash'or ; c'était un officier brillant et un être lumineux, je ne saurai désirer un critique plus objectif. J'ai annoté les différentes lettres et enregistrement de timbres dates relatifs à la signature du traité de Coruscant, afin que vous puissiez vous faire une idée du déroulement chronologique des événements.

Lorsque j'ai pris mon premier commandement militaire sur le front, j'étais un jeune maître jedi de trente-cinq ans, avec toute l'arrogance que peut entraîner un tel honneur.


Date: 18 ans avant le traité de Coruscant

Lieu: Quartier général de la septième armée, Brental IV.

Source: Correspondance privée du capitaine Celess Vash'or avec son épouse sur Ryloth.

Ma chère Naala,

Comme nous le craignions, la vague de réorganisations qui secoue nos forces armées vient d'arriver jusqu'à nous ; avant que tu ne t'inquiètes, sache que je vais bien et que je suis toujours attaché à l'Etat Major de la septième armée... A vrai dire, ma situation s'est plus ou moins améliorée, même.

Dans sa stratégie de nous renforcer contre les siths, le commandant en chef a assigné des jedi à toutes les unités combattantes ; le nôtre est un drôle de numéro... Non, en fait il n'a rien de drôle.

Maître Galeo Katsu, c'est son titre officiel, est arrivé au petit matin avec la navette courrier ; personne ne l'attendait, ce genre d'huile a généralement un transport dédié plutôt que d'utiliser un des vieux zincs du service logistique.

J'ai eu le temps de faire quelques recherches depuis et ce que j'ai trouvé m'inquiète un peu, ce jedi est un chirurgien ; bien sûr il a fait dans l'aide humanitaire et les crises frontalières, mais ça ne fait pas vraiment un chef militaire.

Il a réquisitionné tous les rapports action, un droïd d'analyse et s'est enfermé dans un bureau ; on ne l'a pas revu depuis, et vu la quantité d'informations qu'il a prises, on risque d'être tranquilles un petit moment.

Bien, lorsque je te disais que ma situation s'est arrangée, eh bien il se trouve que le major Vinassek du régiment des chasseurs montagnards d'Alderande a demandé son transfert vers le corps d'armée du général Ulgo ; j'espère être pressenti pour prendre sa suite, ce qui s'assortirait de la promotion associée.

Voilà pour les nouvelles, les manoeuvres vont se poursuivre à leur rythme, encore quelques mois de garnison paisibles en attendant que la réorganisation s'achève et que nos effectifs soient au complet.

Je t'embrasse, mes salutations à ta famille.

Vash'or.




Date: 18 ans avant le traité de Coruscant

Lieu: Quartier général de la septième armée, Brental IV.

Source: Correspondance privée du major Celess Vash'or avec son épouse sur Ryloth.

Ma chère Naala,

Je ne sais pas par où commencer cette lettre, allons-y avec les bonnes nouvelles: contre toute attente, j'ai obtenu le commandement du régiment de montagne d'Alderande.

Cela fait beaucoup de choses à expliquer, je commence donc par le début.

J'ai abordé le général Cassios pour appuyer ma candidature, et j'ai été déçu ; je ne prenais pas Cassios pour un humano-centriste, peut-être un conservateur mais pas aussi libéré dans ses propos. Il a été d'une clarté brutale, pas de twi'lek à la tête d'une unité militaire basée sur Alderande... Excuses politiques habituelles, les nobles locaux n'accepteraient pas. Nous sommes sur Brental IV, loin de cette fichue Alderande, et en temps de guerre ; j'ai un dossier exemplaire, tu crois que ça compterait? Non.

Ce qui nous amène à la suite, et là ce sont des nouvelles qui nourrissent encore toutes les conversations dans le camp. Tu te souviendra sûrement que nous avons touché un jedi dans le cadre de la réorganisation des forces armées... Et bien notre docteur est sorti de sa retraite d'archiviste.

Il a convoqué l'Etat-Major, je te laisse deviner le plaisir du général Cassios d'être convoqué dans sa propre salle de guerre.

Je ne sais pas grand chose des jedi, mais si ils sont tous comme maître Katsu, je ne sais pas si nous ne devrions pas les craindre plus que les siths.

Je vais tenter de te restituer les propos de notre maître jedi, c'est de la paraphrase sûrement mais l'esprit y est.

"Dans la culture dont je suis issu, tout officier général dont les performances sont aussi médiocres aurait eu la décence de commettre un suicide rituel."

Katsu est un de ces Echani, je n'ai pas trop l'oeil pour différencier les humains et presque-humains, mais mes collègues m'ont dit que c'était assez évident.

Bref, je ne suis pas encore sûr qu'il ait bien le droit de faire ça, mais maître Katsu a démis le général Cassios de ses fonctions ; il a décidé d'assumer lui-même le commandement de la septième armée... Ergo, on doit lui donner du général Katsu à présent.

J'ai des doutes sur la qualité de chef du jedi, comme la plupart de mes collègues ; Cassios n'était pas forcément populaire, mais là il s'agit de protéger l'autorité et la légitimité des officiers, donc on fait bloc. Une pétition est partie pour le bureau du commandant en chef, je crois que ça va m'attirer des ennuis mais je ne l'ai pas signée.

En tout état de cause, les éléments soulevés par Katsu sont valides, c'est dans les rapports... Cassios est un pilote de bureau, fumer des cigares au cercle des officiers sur Coruscant, il doit y exceller, mais commander sur le terrain est clairement au dessus de ses capacités, surtout en temps de guerre.

Bref, le général Katsu s'est attaqué bille en tête à "remédier aux lacunes" de la septième armée, il paraît qu'il a signé mon ordre de mission pour commander le régiment de montagne d'Alderande sans y réfléchir plus d'une minute. J'imagine qu'il connaît son sujet depuis son expédition dans nos archives, mais je sais qu'on va associer ma promotion à mon refus de signer la pétition.

J'ai ma conscience pour moi, le racisme je connais, alors je suis prêt à essuyer le gros du grain... J'espère juste que les choses reviendront à la normale avant que nous ne soyons renvoyés au combat.

Voilà pour les nouvelles, essaye de ne pas trop t'inquiéter pour moi, je suis solide.

Tendresse,

Vash'or.




Date: 17 ans avant le traité de Coruscant

Lieu: Soon-Tah, bordure intérieure.

Source: Correspondance privée du major Celess Vash'or avec son épouse sur Ryloth.

Ma chère Naala,

Soon-Tah est un endroit détestable, il devait être viable avant que la guerre ne l'atteigne et encore j'ai des doutes à ce sujet... C'est une planète fief de corporation, tout y était ordonné en coupe réglée, arcologies, usines, un parc histoire de briser l'aliénation de cet environnement tout entier tourné vers le profit.

Aujourd'hui, c'est un paysage ruiné et gris, inquiétant ; les routes sont parsemées de cratères et jonchées de débris, les vitres brisées, l'espace occupé par un silence tendu.

Voilà, c'est la guerre... On s'y prépare, mais on ne réalise jamais vraiment l'ampleur de l'horreur avant d'y être confronté.

Nous sommes arrivés il y a peu, et toujours sous le commandement de notre général jedi, confirmé dans son bon droit par le bureau du commandant en chef.

On ne peut pas reprocher à Katsu un manque d'efficacité, un manque d'humanité (le terme prête à sourire pour nous autres twi'lek, n'est-ce pas?) certainement, mais pas d'efficacité.

L'Echani est d'une efficacité brutale, et si tous ont douté de ses qualités martiales, c'est de l'histoire ancienne... Ce type est un fanatique en croisade, et je ne dirais ça que d'un droïde: il ne connaît pas la peur.

Bothawui par-ci, Bothawui par-là, il n'a que ce mot à la bouche et franchement c'est inquiétant quand on sait comment ont fini les défenseurs de Bothawui.

Mais sa méthode, même si elle est dure, porte ses fruits.

Nous avons lancé une offensive frontale sur les troupes impériales plus nombreuses, la ligne de front n'a pas eu à tenir bien longtemps, les objectifs visés sont tombés et les impériaux se sont écroulés.

Je n'avais jamais vu un affrontement entre un sith et un jedi avant, je ne sais pas si on doit parler d'affrontement d'ailleurs, c'était une exécution.

Katsu s'est fait aéroporté sur la position dès que nous avons rapporté la présence du sith, il était accompagné d'une escouade de troupes de choc ; j'aurai cru qu'il défierait le sith, mais il s'est contenté de lui avancer dessus et de le tuer en le bloquant pendant que son escorte l'arrosait de tirs de blasters. La suite, je ne devrais pas te raconter la suite... Et pourtant, comment oublier une chose pareille?

Il a embarqué le corps du sith dans son airspeeder, ils ont fait un passage au dessus de la seconde ligne ennemie et largué le corps... A partir de là, les impériaux n'ont plus cessé de courir, nous les repoussons tous les jours un peu plus loin des objectifs stratégiques ; les villes seront bientôt à nous.

C'est une victoire, mais difficile de savoir si c'est un coup de chance ou un coup de maître, si d'aventure Katsu est juste un suicidaire alors nous risquons un réveil difficile.

Tu dois être aux cent coups après la lecture d'une lettre pareille, je m'en excuse mais je dois parler de tout ça à quelqu'un d'autre que mes collègues.

Mon inquiétude est centrée sur le bien-être de mes hommes, les combats sont trop rapides pour qu'on s'y inquiète, après sûrement, mais pas pendant.

Je pense bien fort à toi, et j'ai hâte qu'on en finisse avec cette guerre.

Vash'or.




Date: 10 ans avant le traité de Coruscant

Lieu: Feluciah, bordure extérieure.

Source: Correspondance privée du colonel Celess Vash'or avec son épouse sur Ryloth.

Ma chère Naala,

Encore une nouvelle planète, et pas des moins étranges. L'humidité ambiante fait grincer les joints de mon bras cybernétique, et l'odeur d'humus omniprésente a de quoi rendre fou.

Les natifs sont une espèce de primitifs d'origine végétale, vraiment pas heureux de voir nos walkers se frayer un chemin dans leur territoire à grands renforts de lance-flammes... Mais que ce soit nous ou bien les impériaux, je pense que ça leur est égal.

Le général est tendu, quelque chose à voir avec la Force je crois ; plus les planètes sont sauvages, plus ça semble faire réagir ses perceptions.

Nos gars ont abattu un rancor aujourd'hui, je ne sais pas ce que ces bêtes font-là, mais je ne suis pas pressé de tomber sur l'une d'elles vivante.

Nous ne voyons pas l'ennemi, des fusillades éclair éclatent, des traits de blaster venant des profondeurs de la "forêt", quelques barrages d'artillerie assénés d'un côté comme de l'autre, puis c'est terminé, on compte nos morts et on recommence à avancer.

Le désintérêt total du général Katsu pour autre chose que le statut opérationnel des unités est vraiment irritant, je ne sais pas où cet homme a mis sa conscience, mais il a du l'enterrer très profond sur une planète où personne ne va.

J'ai compilé nos rapports des cinq dernières années pour faire ressortir les pics des statistiques, la septième armée est une des unités assurant les plus longues rotations et ayant les pertes les plus importantes de toutes nos forces armées. Oh bien sûr, on se satisfait de nos succès, mais les moyens sont mis en oeuvre pour qu'ils aient lieu et le prix à payer en vies est très lourd.

Je sais ce que tu penses de Katsu, je lui dois la perte de mon bras et mon statut d'étranger auprès de nos deux filles ; et pourtant, je n'arrive pas à haïr ce type, pourquoi?

Je ne sais pas si mon rapport va changer quoi que ce soit, mais au moins je laisse une trace de mes objections... J'ai vaguement l'impression de servir dans l'armée d'en face, les uniformes déprimants en moins.

Je retourne faire sécher mes pieds, la journée a été longue, et même un colonel est forcé d'aller poser ses bottes sur le terrain.

Mes pensées les meilleures aux filles et à toi.

Vash'or.



Date: 8 ans avant le traité de Coruscant

Lieu: Eshan, bordure intérieure.

Source: Correspondance privée du colonel Celess Vash'or avec son épouse sur Ryloth.

Naala,

Je ne sais pas si cette lettre t'arrivera un jour, nos lignes de ravitaillement sont coupées et nous sommes coincés dans une position défensive intenable sur Eshan.

Cet endroit est un cimetière, difficile de croire que le général Yusanis a écrit ses "cent principes de la guerre" ici-même. Les Echani étaient autrefois un acteur majeur dans les affaires galactiques, mais cette planète est clairement leur chant du cygne... Le général Katsu m'a expliqué que les gardes solaires de Thyrsus on ravagé la majorité des mondes Echani, les "six soeurs" ; la tragédie de son peuple ne semble pas l'émouvoir plus que ça... Il leur reproche leur arrogance et leur manque de clairvoyance, mais je me demande s'il n'est pas coupable d'exactement les mêmes faiblesses.

Car nous sommes pris au piège, sans ravitaillement, sans ordres autres que "tenir" ; la seule lueur d'espoir vient de l'arrivée d'un autre maître jedi, elle semble bien connaître Katsu et tente de tempérer ses ardeurs guerrières pour préserver ce qui reste de nos effectifs.

Il était temps que le conseil jedi fasse quelque chose au sujet du général, dommage qu'il l'ai fait trop tard.

Nos unités rapportent de nombreux accrochages avec un groupe de sith... Un groupe de siths! A force de provoquer ces maniaques, Katsu a attiré leur attention, maintenant il y a toute une horde de ces monstres là-dehors qui tentent de le provoquer en massacrant nos hommes et les civils.

La perspective de les affronter a plus l'air de le motiver qu'autre chose, ça me fait froid dans le dos... Il faut que quelqu'un démette l'Echani de ses fonctions, il va tous nous faire tuer.

Je n'ai pas envie de mourir ici, je me fiche de cette planète sans avenir. Cela fait vingt ans que nous faisons une guerre en perdant tous les jours un peu plus de terrain, est-ce que ça n'en finira jamais?

Je t'aime, prends bien soin des filles.

Vash'or.



C'est la dernière lettre du colonel Vash'or, il avait raison, je l'ai fait tuer. Mais rétrospectivement, le blocus de la voie Hydienne étant le principal facteur de notre tête à tête prolongé avec les siths sur Eshan ; il est peu probable qu'il aurait survécu même sous un autre commandement que le mien.

Ces lettres retracent sans aucun doute la période la plus sombre de mon existence, mais les regrets sont vains ; malgré l'obscénité de ma soumission au côté obscur, j'ai rempli ma fonction militaire du mieux possible ; et chaque bataille payée au prix du sang a contribué à maintenir l'Empire aussi loin que possible des mondes de la République.

Je n'ai pas d'excuses, j'ai failli en tant que Jedi.
Page vue 249 fois, créée le 04.02.2012 09h00 par guinch et modifiée le 05.02.2012 12h52 par guinch (#6)
Motorisé par R3.3.3 Tali